Now Reading
London in Bloom : 4 jours outre-Manche avec Eva Peel

London in Bloom : 4 jours outre-Manche avec Eva Peel

Journaliste (pour Tsugi notamment), Dj et productrice, passionnée de yoga et de mode vintage, Eva Peel avait déjà été aux commandes de Madmoiselle Julie pendant une semaine, en 2012. À quelques jours de la sortie de son nouvel Ep Robotique de l’Amour sur le label Neopren, l’artiste, également membre du duo Theremynt et à la tête du collectif Deviant Disco, nous propose une balade printanière outre-manche en quatre épisodes, à écouter avec sa bande son spécialement sélectionnée pour l’occasion (en écoute en bas de l’article, ou dans la colonne de droite du site)…

Londres est sans doute l’une des villes les plus fascinantes d’Europe de l’Ouest, ayant avec Berlin un point commun important: une vaste superficie et la présence de dizaines d’espaces verts qui rendent son atmosphère très différentes d’autres sites urbains. En dépit de son trafic incessant et dense, du prix élevé de ses loyers, Londres reste pour moi la cité de tous les possibles et donne l’impression d’être avec sa vaste réunion de ‘Boroughs’ une mosaique multiculturelle des plus“special” (à prononcer avec l’accent de Chryssie Hinde de préférence).

Day one :

Arrivée un vendredi après-midi sous un soleil auspicious (de bon augure NDLR),  ce qui, en Angleterre est vraiment très agréable vu la verdure environnante, direction Shoreditch, qui avec Hackney est devenue la mecque Hip de la dernière décennie. Après quelques arrêts dans les enseignes Vintage qui se sont démutiplié ces dernières années- stop obligatoire chez Rough Trade, à la fois incontournable label et shop de disque Indie. Je suis attirée par de vieilles B.O, d’étranges disques de shoegaze (mais beaucoup ne peuvent être écouté car ils dépassent un certain prix, snif) et un bouquin de David Byrne qui parle de ses voyages en vélo, il se trouve que j’adore faire du vélo et que j’aime bien les Talking Heads, je le mets donc dans ma musette avec un disque de Goblin, la B.O. du film Patrick – j’utilise souvent des samples de musique de films pour les de mixes de Deviant Disco (un collectif sur Facebook, enfin un groupe de potes qui aiment le disco qui ne ressemble pas vraiment à du Disco). Bref, pas de gros digging, juste un achat de curiosité-mais hanter les bacs de Rough Trade est toujours une expérience passionnante pour n’importe quel amoureux du son.

En compagnie de Julie B, ma copine des Pop Up markets, ces marchés itinérants de créateurs et de vintage qui se tiennent un peu partout en France y compris dans les Festivals de musique, je découvre à l’angle de Bricklane Road, le Vintage Emporium, une boutique old school qui serait un peu le paradis du chineur des années Folles, de très belles pièces, robes anciennes brodées, bottines en cuir martelé, bijoux art-déco mais le “tip” sympa, c’est le Tea room où trône un piano demie-queue où jouent deux musiciens qui reprennent des standards des années 40 -50. Le temps semble se suspendre dans ce lieu au charme démodé le temps d’y boire un cappuccino.

Cette escapade nous mène jusqu’à Bethnal Green, ce quartier indien et mixte où vivent depuis deux ans, mes amis du duo The Penelopes, leur studio est dans une ancienne boulangerie industrielle, on boit une bière en parlant des Cure, de l’électro et de la pop en générale, en Angleterre c’est un patrimoine nationale au même titre que les tapas en Espagne où que les grands crus en France, mais outre-manche, ce qui créé l’intérêt c’est la différence, ou encore l’envie de ne ressembler à personne, on s’en rend compte  en prenant un verre dans un simple pub d’East London, ou cette recherché du “style” saute autant aux yeux que sur les photos 60’s de David Bailey ex-habitant d’East London à ses débuts.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/40759319″ params=”color=edd4c8&auto_play=false&player_type=tiny” width=”100%” height=”18″ iframe=”false” /]

Ce sont pourtant deux français que nous allons écouter ce soir là, le duo Ivan Smagghe et Tim Paris dit aussi It’s a fine line, ils jouent dans une petite party underground dans les sous-sols d’un studio d’enregistrement, l’entrée ressemble à une réunion de bootleggers, mais le dancefloor sue et s’agite dans cette petite cave d’Hackney, où les gens se parlent facilement en se faisant des blagues jusqu’aux chiottes, ce qui nous change de l’attitude blasée de pas mal de soirées made in Paris.

La bande son :

Dans l’Eurostar, le merveilleux remix de Sentiment acide de David Shaw du label HMS par Jennifer Cardini, Ice Age de Marc Pinol joué la veille par Charlotte au Cannibale, le dernier album des Brian Jonestown Massacre, Aufheben : Un disque énorme, comme ce groupe incroyable d’ailleurs.

J’écoute aussi le remix de mon ami Dombrance, en me levant ça s’appelle Todo, il a fait ça pour un groupe espagnol et ça déboite, quelques incursions au rayon shoegaze, impossible de se rappeler le nom des groupes écouté chez Rough Trade, mais il y avait des guitares noyées dans la reverb comme j’aime.

 [soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/playlists/31518808?secret_token=s-8FzO8″ params=”color=edd4c8&auto_play=false&hide_related=false&show_artwork=true” width=”100%” height=”550″ iframe=”true” /]

Carnet d’adresses :

Rough Trade
Old Truman Brewery, 91 Brick Lane, London, E1 6QL
www.roughtrade.com

Absolute Vintage
15 Hansbury Street London E16QR
www.absolutevintage.co.uk

The Vintage Emporium
14 Bacon street – Brick lane – London E1 6LF
www.vintageemporiumcafe.com

Retrouvez Eva Peel sur…

➽ Deviant Disco
➽ Theremynt sur Soundcloud
➽ Theremynt on Facebook
➽ Blog Eva Peel Vintage

La suite du week-end…

Jour 2 : Broadway Market & Lexington
 Jour 3 : un dimanche au calme
➽ Jour 4 : National Portrait & Portobello

© Madmoiselle Julie • 2008 - 2019