La mode au secours du pays du Soleil levant

0
1 518 vues
views

Face au désastre qui a tout chamboulé sur son passage au Japon, les marques s’unissent et ont décidé d’être solidaires envers le peuple japonais. A Paris, Hope and Love for Japan réunira plus de 60 marques autour d’une braderie, le 31 avril et le 1er mai. Lanvin, Sonia Rykiel, Paul Smith,Isabelle Marant, Pierre Hardy, Colette, Tsumori Chisato, Zucca, Cerruti, Paul Smith ont répondu à l’appel. En attendant, voici un tour d’horizon des marques qui proposent des éditions spéciales placées sous le signe de la solidarité

Hope_love_Japon

Le groupe Fast Retailling (qui comprend notamment les marques Uniqlo, Princesse Tam Tam et Comptoir des Cotonniers) a été l’un des plus réactifs, avec l’envoi de vêtements aux victimes du tsunami et une aide de 12 millions d’euros. Autre initiative : celle de Yoox qui a invité 8 créateurs à dessiner une collection spéciale, We Love Japan. Ont répondu présents : Ann Demeulemeester, Antonio Marras, Dsquared2, Kitsuné, Maison Martin Margiela, Marni Moschino et Y-3.

kulte coolcats

Kulte / Cool Cats

Autres initiatives : celles de la marque Kulte a également lancé pour l’occasion le tee shirt Big in Japan, dont les bénéfices seront entièrement reversés à des associations de soutien au Japon. De même, la joyeuse bande de Cool Cats a designé un tee shirt baptisé We <3 U So. Les deux ont été victimes de leur succès : ils sont en rupture de stock !

paulsmith kitsune

Paul Smith / Kitsuné

Paul Smith aussi a apporté de l’eau au moulin, avec un tee shirt ultra simple (mais onéreux, 55€ !) à l’inscription symbolique « Every day is a new beginning ». Pour le label Kitsuné, solidarité rime avec créativité : la marque de vêtements (fondée en partie par un japonais, justement) fait honneur au pays du Soleil levant avec une veste « Rescue » disponible chez Colette. Une collection spéciale (à voir ici) est d’ailleurs disponible avec des sacs, des badges, des dessins, des bracelets… Tous les bénéfices sont reversés à la Japanese Red Cross Society.

Laisser un commentaire