Now Reading
Ce que l’on retient de la Fashion Week new-yorkaise (2)

Ce que l’on retient de la Fashion Week new-yorkaise (2)

Les premiers défilés de la New York Fashion Week dévoilaient une femme classique et élégante. Si la crise a donné raison à une mode minimaliste, plutôt chère à la Grosse Pomme, les collections de Rodarte, de Proenza Schouler et d’Oscar de la Renta prennent un virage à 180 degrés. Avec beaucoup de fantaisie, de couleurs, les trois créateurs nous offrent un festival de matières et de textures pour une femme haute en allure plutôt qu’haute couture. Décryptage des trois défilés…

Rodarte

Les sœurs Rodarte, originaires de l’ouest des États-Unis, savent insuffler un vent de Californie à cette Fashion Week new-yorkaise. Et qui dit Californie dit forcément fantaisie, que Laura et Kate Mulleavy distillent toujours avec parcimonie et une certaine empreinte baroque.

Pour le printemps été 2013, leur collection résolument graphique mêle tons sombres et couleurs pastels ou franches, avec des inspirations venues des maisons Balenciaga ou Alexander McQueen pour leur côté structuré dans l’allure…

Proenza Schouler

Après les maillots de bain, les robes paysages font partie des futures tendances de l’été 2013. Proenza Schouler, qui fête ses 10 ans, en fait l’un des thèmes de son défilé, dans une ambiance carte postale psyché mais jamais cliché. Et quand les tenues sont plus sobres, elles sont rehaussées par une touche fluo.

Oscar de la Renta

Alors que les défilés de Marc Jacobs ou de Pierre Balmain mettaient le noir à l’honneur dans une ambiance des plus classiques, Oscar de la Renta jette un pavé dans la mare new-yorkaise avec un festival de couleurs. Saumon, fuschia, turquoise, rose fluo… à la manière d’un peintre, il semble avoir mélangé des tubes de peinture sur sa palette pour le plaisir des yeux.

Avec ses matières soyeuses et ses couleurs pales et douces, la collection du printemps été 2013 d’Oscar de la Renta sophistique la femme tout en évitant les artifices. Ici, pas besoin d’une multitude d’accessoires : le couturier choisit à bon escient un collier ou une ceinture aux couleurs rappelant la tenue. Chères à Marc Jacobs aussi, les rayures noires et blanches sont à l’honneur chez Oscar de la Renta qui ose les assembler, horizontales ou diagonales, sur une même robe longue bustier.

On peut enfin souffler : si les premiers défilés de la Fashion Week laissaient entrevoir une femme sophistiquée mais plutôt classique, Proenza Schouler, Rodarte et Oscar de la Renta nous prouvent par trois que la Grosse Pomme n’a rien perdu de sa superbe…  

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

deux × un =

© Madmoiselle Julie • 2008 - 2019