Avec The House, Porches livre un deuxième album prodigieux

Il y a deux ans, Porches, groupe formé autour du New-Yorkais Aaron Maine, s’imposait comme l’une des révélations du festival d’indie pop nîmois This Is Not A Love Song (je vous en parlais ici). Un album et une rupture plus tard, l’auteur compositeur et interprète revient plus en forme que jamais avec The House, un deuxième LP encore plus réussi que le premier.

Beaucoup de choses ont changé depuis Pool, le premier album de Porches sorti début 2016, et pas seulement la couleur de cheveux d’Aaron Maine, son leader. Depuis, le producteur et interprète s’est séparé de sa compagne de l’époque (qui n’est autre que Greta Kline, plus connue sous le nom de Frankie Cosmos, qui officiait également en tant que bassiste au sein de Porches) pour s’entourer d’autres talents de la scène US, en particulier Devonté Hynes (aka Blood Orange).

Comme son confrère (et désormais ami), Aaron Maine aime s’enfermer pour composer pendant des heures, sans jamais s’arrêter. Et c’est avec cette même ferveur qu’il a réalisé The House. Il raconte en effet que c’est en allant chercher ses affaires dans la maison avec laquelle il habitait avec Greta Kline qu’il s’est mis au piano pour concevoir The House. D’où le nom de cet album.

C’est donc forcément une certaine mélancolie qui traverse les 14 titres de ce nouveau disque, produit avec la rigueur et la classe que l’on connaît de nos voisins américains. The House nous emmène dans l’intimité des sentiments d’Aaron Maine, évoquant tour à tour ses obsessions (« Leave The House », qu’il répète dans plusieurs morceaux, comme s’il lui fallait quitter cette maison pour quitter sa relation), rendant aussi hommage à de grandes amoureuses (comme Yoko Ono dans la chanson « Ono », aux accents japonisants), et laissant transparaître la patte tellement reconnaissable de Dev Hynes (notamment dans le titre « Now the Water »).

Là où Pool, son premier album, empruntait des chemins sinueux sur certains morceaux un peu décousus qui nuisaient à la cohérence du tout, The House, au contraire, forme un ensemble de titres indissociables, comme les quatre murs d’une maison. Et dans cette maison-là, on s’y sent tellement bien qu’on pourrait y passer des heures, allongés sur un canapé, près d’un synthé, à regarder le soleil se coucher à travers les baies vitrées surplombant le désert californien. C’est cette carte postale-là que Porches nous offre avec ce deuxième excellent album qui s’annonce déjà comme l’un des plus réussis de 2018.

Titres coups de cœur : 

Now the Water ♡♡♡♡
Anything you Want ♡♡♡♡
Goodbye ♡♡♡
Ono ♡♡

PLUS D’INFOS

➽ Porches sur BandcampSoundcloudFacebookTwitterInstagram
➽ Écouter l’album sur SpotifyDeezerApple Music

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

12 + vingt =