Décembre pour régresser

Jingle bells, jingle bells ! Force est de constater qu’aucun autre mois sinon Décembre est le moment idéal pour retomber en enfance. Mais le mieux reste encore de l’assumer pleinement…

Chaque année, à l’approche du 25, c’est toujours la même rengaine : je trépigne à l’idée de faire le sapin, que je choisis plus grand que la taille de mon salon ; j’achète des boules qui ne passeront pas l’hiver à cause de mon chat ; j’hésite avant d’inscrire sur ma liste le mug Zip de la Belle et la Bête ou un sac Polly Pocket avant de me raisonner (je vais fêter mes 34 ans en juin…) ; je visionne pour la 50e fois les grands classiques Disney ou tout film du genre animation ; je replonge dans l’obsession du Nesquik / des céréales avec jouet dedans / des sablés de Noël à préparer par temps pluvieux.

Le problème, c’est que cette année, le temps pluvieux n’est pas d’actualité. La neige a décidé de nous snober. La pénurie d’essence a failli avoir raison de mon sapin. La section « kids » de Netflix m’a poussée à délaisser mes DVD de Disney. Promis, l’an prochain, je ressortirai mon magnétoscope, mes compiles Dance Machine 11, mes CD 2 titres et mes Tamagotchi.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

douze + dix-neuf =