Now Reading
Le guide ultime de Los Angeles

Le guide ultime de Los Angeles

Douze fois plus étendue que Paris, Los Angeles peut vite s’avérer déroutante et déstabilisante de par sa grande superficie. Lorsqu’on la visite une première fois, un minimum d’organisation est donc primordial pour pouvoir l’appréhender le mieux possible. Voici un exemple de circuit à suivre pour 5 jours sous le soleil de la Cité des Anges.

JOUR 1 : DE VENICE À SANTA MONICA

On commence avec une virée au bord du Pacifique en arpentant l’immense étendue de sable fin de Venice Beach. Après avoir déambulé le long des échoppes plus ou moins vétustes (des magasins de souvenirs à la pelle, mais aussi d’autres shops plus décalés comme un magasin de CBD ou des food corners, comme Taco Venice), on marche jusqu’à Muscle Beach pour admirer les sportifs venus s’entraîner en plein air.

Puis direction une location de vélos pour emprunter un vélo “California Style” (attention, pas de frein manuel, on freine en rétro-pédalant) pour arpenter la longue piste cyclable qui traverse Venice Beach jusqu’à Santa Monica (environ 20 minutes à vélo).

SANTA MONICA PIER

À Santa Monica, on se balade jusqu’au bout du Pier, en admirant les façades colorées et vintage de cette jetée qui abrite aussi un minuscule parc d’attractions, avec sa grande roue avec vue sur le Pacifique. On remonte ensuite (toujours à vélo) jusqu’à 3rd Street Promenade, une aire piétonne avec sa multitude de grands magasins et son cinéma à la façade pastel. Pause déjeuner à Gallery Food Hall, un mini centre-commercial où de nombreux restaurants ont leur food corner : pizzas, tacos, burgers, friandises… Les concepts ne manquent pas. On profite de la terrasse (à l’étage) pour savourer son menu.

FESTIN AU GALLERY FOOD HALL

On peut également boire un verre ou un café à Barney’s Beanery, toujours sur 3rd Promenade, une chaîne de diner – pour l’anecdote, Quentin Tarantino aurait écrit le scénario de Pulp Fiction dans l’un des restaurants de cette chaîne.
On reprend son vélo pour retourner en fin d’après-midi vers Venice Beach, squatter quelque temps le bitume du Skate Park, avant d’admirer le coucher de soleil en sirotant un verre au Waterfront Venice, un bar à la déco exotique et au grand choix de bières à la pression. Puis on finit la soirée au resto mexicain Chulita, le meilleur du coin, juste pour leur excellent guacamole, leurs tacos aux tortillas de maïs bleues / noires et leurs divins cocktails au mezcal.

CHULITA VENICE
LES BONNES ADRESSES :

Sur le pouce : Taco Venice – 1827 Ocean Front Walk, Venice
Pour l’apéro sunset : The Waterfront Venice – 205 Ocean Front Walk, Venice

Pour déjeuner : The Gallery Food Hall – 1315 3rd Street Promenade, Santa Monica
Pour boire un verre en se prenant pour Tarantino : Barney’s Beanery – 1351 3rd St, Santa Monica
Pour dîner mexicain : Chulita – 533 Rose Ave, Venice

JOUR 2 : HOLLYWOOD

Pour le deuxième jour, on prend des étoiles plein les yeux sur le Walk of Fame, à chasser les étoiles d’artistes. On en profite aussi pour aller voir le siège de Capitol Records, une tour en forme de disques empilés (une surprise vous attend devant la porte d’entrée !), puis direction l’incontournable Grauman’s Chinese Theater, juste pour son architecture hallucinante. Stop obligatoire à Amoeba, immense temple de la musique où l’on peut trouver vinyles, DVD, tee shirts et même cassettes audio… (attention, le temps s’arrête à l’intérieur, on peut facilement s’y perdre pendant 2H !)

LE TEMPLE DES MÉLOMANES

Aux alentours, on admire aussi la devanture du Cinerama Dome, avant de filer goûter aux excellents et réputés burgers de In’N’Out, une chaîne de fast-food uniquement présente en Californie (en revanche, ne vous sentez pas obligés de goûter leurs frites !)
Pour l’apéro, direction le Rooftop du Mama Shelter, mais attention, venez tôt (dès 17H), l’attente peut être un peu longue et vous risquez de louper le sunset !

OUI AUX BURGERS DE IN’N’OUT, NON AUX FRITES !
LES BONNES ADRESSES :

Pour les mélomanes : Capitol Records Building – 1750 Vine St
Pour son architecture : Grauman’s Chinese – 6925 Hollywood Blvd
Le temple de la musique : Amoeba Music – 6400 Sunset Blvd
Pour l’architecture vintage : Cinerama Dome – 6360 Sunset Blvd
Pour déjeuner : In’N’Out Burger – 7009 Sunset Blvd
Pour un verre avec vue : Mama Shelter – 6500 Selma Ave

JOUR 3 : SILVER LAKE ET ECHO PARK

Après avoir vu le côté chill de Los Angeles (avec Venice et Santa Monica) et cinématographique (avec Hollywood), direction le côté trendy et bobo de Silver Lake / Echo Park, deux quartiers mitoyens aux allures de banlieue résidentielle. De part et d’autre de l’immense partie de Sunset Boulevard qui s’y trouve, restaurants branchés, cafés healthy (dont Roo, avec sa déco rose pastel et sa jolie petite terrasse) et shops de créateurs en tout genre. On en profite pour immortaliser aussi les Piano Stairs, peints par Corrine Carrey. Parmi les nombreux shops, on s’arrête chiner quelques disques chez Cosmic Vinyl, avant d’aller jeter un œil au Charmed Manor, pour les inconditionnels de la série ! Et pour poursuivre le shopping dans le quartier, jetez un œil à ce site en cliquant ici.

CHARMED MANOR, DANS LES HAUTEURS D’ECHO PARK

On finit la journée au Griffith Observatory, niché sur une colline, pour admirer l’étendue de la Cité des Anges. À faire en fin d’après-midi pour voir le coucher de soleil et le basculement de la ville vers la nuit, avec ses lumières qui s’allument une à une.

LA VUE SUR HOLLYWOOD SIGN
LES BONNES ADRESSES :

Un joli petit café : Roo – 1523 Griffith Park Blvd
Un disquaire indépendant : Cosmic Vinyl – 2149 W Sunset Blvd
Un incontournable pour les fans de la série : Charmed Manor – 1329 Carroll Ave
Pour la plus belle vue de L.A. : Griffith Observatory
– 2800 E Observatory Rd 

JOUR 4 : DOWNTOWN & LOS FELIZ

Passage pas vraiment obligatoire dans le Downtown, même si l’on peut y admirer des scènes de vie typiquement américaines : employés qui se rendent à leur bureau en costard-cravate, queue devant les foodtrucks à l’heure du déjeuner… L’architecture du quartier, avec ses grands buildings et ses devantures modernes, rappelle d’autres mégalopoles américaines. Dans le quartier, passage presque obligatoire à Sonoratown, institution mexicaine vue dans la série documentaire Netflix “Taco Chronicles” – mieux vaut s’armer de patience car la file d’attente est souvent longue.

Pour les amateurs de street-food (et de bouffe en général), stop obligatoire à Grand Central Market, un immense hall qui abrite des centaines de stands. On y trouve de tout : tacos de carnitas, falafels, foodtruck à burrata, gyozas, sushis, burgers, pizzas, fruits de mer, et des spécialités des quatre coins du monde, de l’Amérique du Sud à l’Asie en passant par l’Europe (oui, il y a bien un magnifique stand français d’huîtres à déguster avec une soupe champenoise !)

Une fois rassasiés, et après avoir arpenté les rues ombragées par les buildings, direction Los Feliz et Olvera Street, un petit bout de Mexique en plein cœur de L.A. On déambule dans cette petite ruelle au charme authentiquement mexicain (quoiqu’un peu trop touristique), avec ses échoppes pleines de souvenirs typiques, ses restaurants de tacos et ses bâtiments à l’architecture latine.

OLVERA STREET, LE MEXIQUE À L.A.

Non loin de là, on découvre aussi Union Station, célèbre gare qui s’est notamment transformée en commissariat de police pour les besoins du film Blade Runner. Avant de repartir, on profite d’une petite pause au soleil dans Grand Park, à proximité du Walt Disney Concert Hall, immense édifice à l’architecture étonnante en forme de bateau.


LES BONNES ADRESSES :

Pour des tacos : Sonoratown – 208 E 8th St
Pour un déjeuner street-food : Grand Central Market – 317 S Broadway
Pour se croire au Mexique : Olvera Street
Pour une pause détente : Grand Park – 133 N Grand Avenue
Pour la plus belle gare de la ville : Union Station – 800 N Alameda St

JOUR 5 : BEVERLY HILLS ET MELROSE AVENUE

On finit le séjour en beauté en mettant le cap sur le quartier le plus chic de la ville, Beverly Hills. Après avoir découvert le panneau qui indique que vous êtes bien arrivés à destination (ainsi que la sculpture “Peace & Love” de Ringo Starr, qui est un résident du quartier depuis plusieurs années), on entre dans les rues bordées de palmiers, qui abritent les somptueuses résidences (de stars) de la ville. Passage obligé au Beverly Hills Hotel (le fameux “Hotel California” des Eagles), également connu pour avoir hébergé les plus grandes stars, comme Charlie Chaplin ou Marilyn Monroe.

DU PASTEL AU BEVERLY HILLS HOTEL

Après avoir admiré les vitrines (et seulement les vitrines !) des boutiques de luxe de Rodeo Drive, on se dirige vers les Beverly Cañon Gardens, une jolie petite place assez paisible où l’on peut travailler autour d’une fontaine ou siroter un verre.

BEVERLY CAÑON GARDENS

Avant de s’adonner à une séance shopping sur Melrose Avenue, on reprend des forces au Shake Shack de West Hollywood. Sur Melrose, entre les multiples boutiques, on remonte le temps chez The Record Collector, un disquaire incontournable passionné aux millions de vinyles. Vous y trouverez forcément votre bonheur !

MELROSE AVENUE
LES BONNES ADRESSES :

Pour se prendre pour Marilyn : Beverly Hills Hotel – 9641 Sunset Blvd
Pour une pause détente : Beverly Cañon Gardens – 241 N Canon Dr
Pour une pause burger : Shake Shack – 8520 Santa Monica Blvd
Pour le shopping : Urban Outfitters – 7650 Melrose Ave

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

4 × 3 =

© Madmoiselle Julie • 2008 - 2019