Pépites en mode off #27 : Bliss

0
1 227 vues
views

Quand on effectue un rapide bilan des derniers mois, on se rend compte qu’on peut facilement être gagné par le stress / la colère / la déception / l’impuissance. De tsunami (naturel) à tsunami politique, le tourbillon médiatique peut facilement nous emporter dans sa spirale infernale de la mauvaise nouvelle qui sonne le glas chaque matin. Paradoxalement, pendant ce temps-là, les strass côtoient les paillettes sur une Croisette, où, là encore, souffle un parfum de scandale (Lars von Trier a-t-il vraiment besoin d’un tel coup de buzz ?) Par chance, la sélection musicale de cette semaine oublie l’actualité le temps d’une pause sonore, électronique et aérienne en trois temps. Mais – au passage – si vous voulez du Cannes, de la Croisette, et plein de blagues, ça se passe par là.

Vendredi 6.00 pm :
Si les oiseaux se cachent pour mourir, les deux membres de Trésors se cachent pour composer. Et ils s’en sortent plutôt pas mal. Mystérieux, mélancolique mais toujours rythmé par le bon bpm, leurs remix sont efficaces et nous font taper du pied. Leur dernier en date ? The Walk, de Thieves like us, dont le décadent Drugs in my body a usé pendant longtemps la molette de mon très cher iPod. De toute évidence, ces pépites signées Trésors lui feront subir le même sort.

 

Samedi 11.00 pm :
Dans un monde parfait, mes tympans percevraient uniquement les morceaux de quelques groupes triés sur le volet. Parmi eux, Pacific! aurait l’immense honneur de figurer dans la liste. Après leur excellent dernier album Narcissus, ils distillent, lentement mais sûrement, des remix concoctés avec soin. Celui du groupe anglais Kyte (qui compte déjà 3 albums à son actif) nous rappelle que l’été est presque déjà là. Et qu’il n’y a pas de plus belle scène qu’un soleil brûlant semblant fondre dans la mer azur. (Dans un monde parfait, ça serait sûrement ça la seule scène que mes yeux auraient le droit de voir.)

Dimanche 3.00 pm :
Si Sébastien Tellier avait été un jour de la semaine, cela aurait été le dimanche. Monotone, diront certains. En proie au spleen, pour moi, en tous cas. Pour ne pas terminer sur une note négative, on enclenche le remix des australiens de Midnight Juggernauts (eux aussi figureraient sur la liste dont je vous parlais juste avant, d’ailleurs). Leur empreinte aérienne et électrique s’apparente presque à une provocation aux dimanches lents et ennuyeux. Un conseil : Divine, oui. Remixé, surtout. Mais en boucle, s’il vous plaît. (Et à partir de 01:42, aussi).

Laisser un commentaire