Now Reading
La semaine de… Violaine Schütz ● (3/5) Au cinéma avec Abel Ferrara

La semaine de… Violaine Schütz ● (3/5) Au cinéma avec Abel Ferrara

Passionnée par l’écriture et les pépites (qu’elles s’écoutent ou se portent), Violaine Schütz a fait de ses deux vocations son métier. Rédactrice en chef du Bonbon Nuit, chef de rubrique lifestyle chez Be (Lagerdere), journaliste pour Tsugi, Serge ou Redux (entre autres),, elle a également travaillé par le passé pour Elle, Rolling Stones, Trax et Grazia. Auteur d’un livre sur Daft Punk, elle a su imposer sa culture musicale qu’elle étoffe jour après jour et transmet lors de ses DJ sets de Paris à Moscou, en passant par l’Île Maurice et New Delhi. Cette semaine, elle prend les commandes de Madmoiselle Julie et nous propose quatre sujets éclectiques à son image. Aujourd’hui, place à son cinéaste préféré, Abel Ferrara et son film culte L’Ange de la vengeance

Ce qu’en dit Violaine :

“Alors qu’Abel Ferrara, définitivement un de mes réalisateurs préférés, vient de sortir son nouveau film, Go Go Tales, je conseille à tout le monde de voir l’un de ses premiers, l’Ange de la Vengeance.

L’histoire ? Thana, une jolie jeune femme muette travaille dans un atelier de confection. Un soir, en rentrant chez elle, un braqueur avec un masque de clown la viole dans une ruelle. Thana retourne chez elle. Un cambrioleur est en train de visiter son appartement. Il la viole à son tour. Elle le tue puis le découpe en morceaux. Puis elle se met alors à assassiner les hommes qui tentent de l’approcher et la draguent. Elle élimine les hommes qui asservissent les femmes : un maquereau, un photographe de mode…

C’est un vrai film féministe (ce qui est très rare dans le cinéma américain) car il est tout entier placé sous le point de vue féminin, celui de l’héroïne. Thana (son nom évoque thanatos) souffre d’une possibilité d’expression réduite, elle est donc encore plus fragile/victime qu’une autre femme, et pour se défendre (elle ne peut pas crier pendant son viol, elle n’entend pas ses agresseurs) elle passe au meurtre. Elle subit des tentatives de séduction agressives et ne peut y répondre, comme dans une superbe scène, où elle remonte la rue en compagnie de ses collègues filles : des hommes les draguent, et alors que les autres se défendent en les insultant, Thana baisse la tête. C’est très fort. Tout comme le reste du film.

Le final du film, au cours d’un bal costumé, où elle est déguisée en nonne, est à tomber : alors qu’une femme la poignarde dans le dos, elle se retourne et dit : « Sœur ». Et c’est esthétiquement très beau. À noter que l’actrice, formidable, Zoe Tamerlis, deviendra co-scénariste de Bad Lieutenant ainsi que réalisatrice. Elle est décédée d’une overdose en 1999. Paix à son âme.

L’Ange de la vengeance – trailer

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

12 − 5 =

© Madmoiselle Julie • 2008 - 2019