Now Reading
La semaine de… Slove ● (3/6) Au cinéma avec Dreamland de Jason Matzner

La semaine de… Slove ● (3/6) Au cinéma avec Dreamland de Jason Matzner

Si la saison des mariages a bel et bien commencé, la douce fusion entre pop d’hier et électro pointue d’aujourd’hui de Slove prend ses quartiers dès aujourd’hui sur Madmoiselle Julie pour une semaine raffinée, classieuse mais toujours moderne, à l’image de leur musique. Slove, c’est d’abord la douceur d’une voix, celle de la jolie blonde Sarah Krebs, alliée à l’alchimie des deux fondateurs du groupe, Léo Hellden (qui s’est lancé par ailleurs dans un autre projet, Tristesse Contemporaine, cette année) et Julien Barthe (Plaisir de France). Après un premier EP “Do We Need” accueilli comme il se doit, ils sortent leur premier album “Le Danse” chez Pschent/Wagram en octobre dernier et enchaînent avec une tournée. Cette semaine, ils nous embarquent dans leur univers aussi langoureux qu’un “slow” et aussi passionné que le mot “love”… Pour leur second thème, ils ont choisi un film qu’ils adorent en commun : Dreamland, de Jason Matzner.

Ce qu’en dit Slove :

“Quand nous nous sommes rencontrés, nous avons beaucoup parlé de musique et des films. Ce film était l’un de ceux qui nous a mis d’accord sur nos goûts et son esprit nous a beaucoup inspirés pour faire de la musique ensemble. Un de premiers titres que l’on a fait ensemble etait un hommage a ce film. Ce titre ambient que l’on a baptisé “Dreamland” n’est pas paru sur notre album. Mais nous en avons préparé un petit edit en video…

Ça vaut le coup de regarder ce film, déjà pour les images de désert, le fantasme d’un trailer park de rêve. Ce film assez lent dose ses images au ralenti avec un choix de musique très agréable. La bande son inclut un reprise de “Fade in to you” par Mazzy star, ici dans un version similaire par Natalie Wilde. Photek, un pionnier de drum and bass a fait une grande partie de la bande son. Le résultat est là : une musique ambient très élégante.”

Présenté au Sundance Festival aux États-Unis et à Deauville en France, Dreamland, du nom de ce campement imaginaire de mobil-homes situé dans le désert du Nouveau Mexique et où habitent nos héros rêveurs, est le premier film de Jason Matzner. À la base photographe mais surtout réalisateur de clips ou de publicités, il se met à s’imaginer en tant que cinéaste en  visionnant Il Conformiste, de Bernardo Bertolucci.
Mais ce qui fait la force de son film Dreamland, c’est l’atmosphère qui s’en dégage : une chronique estivale aux belles couleurs, paisible en apparence (le décor du désert ne fait qu’accentuer ce ressenti), mais bouleversée à l’intérieur avec des personnages tourmentés par le désir, les problèmes de leurs proches ou leurs phobies. À la manière d’une Sofia Coppola, Jason Matzner filme les drames avec détachement et poésie. Comme Wes Anderson, l’enfance et l’adolescence sont deux de ses thèmes chers. Est-ce une coïncidence si l’intrigue du dernier film de celui-ci, Moonrise Kingdom, où deux jeunes scouts s’échappent sur une île de la Nouvelle Angleterre pour vivre pleinement d’amour et d’aventure, fait clairement penser à celle de Dreamland…?

Dreamland Trailer- Directed by Jason Matzner from Jason Matzner on Vimeo.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

20 + dix-sept =

© Madmoiselle Julie • 2008 - 2019