Kindness : love is in the hair

0
1 531 vues
views

Adam Bainbridge, celui qui se cache derrière Kindness, est l’antithèse du dicton « cheveux longs, idées courtes ». Tout juste sorti, World You Need a Change of Mind, le premier album, fourmille de pépites savamment bercées par le groove et la pop. Et lorsqu’on sait que c’est le génialissime Philippe Zdar (Cassius, Phœnix, The Rapture) qui officie à la production de ce premier opus, on parie d’emblée sur le fait qu’on tient entre nos mains certainement l’un des meilleurs crus de ce premier semestre de 2012

Son physique pourrait nous faire croire qu’il préfère les guitares acoustiques aux synthés percutants, et pourtant… Kindness n’est pas de cette veine folk-là. S’il n’a d’hippie que la coupe de cheveux (longs, encadrant un visage aux traits fins limite androgynes), Adam insuffle toutefois quelques émanations psyché à sa potion d’amour qui ferait danser les plus paresseux. Premier extrait de cet album qui s’apparente à un puzzle d’inspirations, Cyan combine voix douce et aérienne (à la Metronomy) sur une mélodie rythmée à souhait.

Parfois blues, d’autres fois disco ou encore funk, souvent portées par des échos de voix à la Connan Mockasin (sur Gee Up), les 10 morceaux sont à l’image de cet hyperactif qui voyage entre Londres, Paris et Berlin. Certains évoquent Prince, d’autres Moroder, d’autres encore Ariel Pink. Kindness a en tous cas le mérite de proposer un son efficace et nouveau qui mérite qu’on ne lui colle pas d’étiquette.

Seod, première piste de l’album, donne le ton avec une sensualité à fleur de peau. Dans un autre registre, parmi les plus énergiques, Swinging Party porte bien son nom. Cette ode à la fête est sans conteste l’un des meilleurs morceaux de l’album.


Kindness – Swinging Party

# Écouter l’album en streaming sur The Guardian

Laisser un commentaire