{Interview} Métaphore collectif, « antinomique »

0
2 644 vues
views

Métaphore est un jeune collectif marseillais qui a décidé de faire changer la vision de la techno. Ce samedi, ils invitent le fondateur du label Thema, Lenny Posso, au Trolleybus. Ce dernier conçoit la techno comme une culture à part entière, et la représente sous toutes ses formes artistiques dans son label qui regroupe musique, art et design. Rafael et Nicolas aka Black Sheep du collectif Métaphore, nous parlent de techno, de préjugés, et de leur chère ville marseillaise. Rencontre.

Madmoiselle Julie : Rafael et Nicolas, si vous deviez vous présenter en un seul adjectif ?
Rafael & Nicolas : Juste nous deux ? … Antinomique.

M.J. : On assiste à un renouveau de la scène marseillaise, notamment avec Nasser, Kid Francescoli, Oh! Tiger Mountain… Quelles en sont les raisons d’après vous ?
R & N : On ne pense pas qu’il y a un renouveau, il y a toujours eu des groupes et des djs qui se sont fait plus ou moins remarquer à Marseille. Chaque année, de nouvelles têtes émergent de la scène marseillaise. Si l’on peut bien accorder une chose à cette ville, c’est qu’au milieu de cette mauvaise foule se cache la plupart du temps des gens talentueux et passionnés (de musique ou autre).

M.J. : Comment est né le collectif Métaphore ?
R & N : « Tiens! Je fais de la musique ! »
« Oooh moi aussi, toi aussi? »
« Moi je mixe sur vinyl ! »
« Waouw, moi non je veux juste serrer des filles »
Et PAF, ça fait un collectif.

M.J. : Vos lieux de prédilection à Marseille pour…
…mixer ?
R & N : On aime beaucoup le Trolleybus… Le juste milieu entre le côté underground du lieu (ses caves voutées, son éclairage) et le « tout public » (son emplacement dans Marseille, sa programmation variée)

M.J. : … danser ?
Le Spartacus, sans hésitation. En tant que grands friands de techno, le Spart nous offre des programmations plus qu’honorables dans la région, on en profite. De plus, la fréquentation a évolué dans le bon sens ces dernieres années.

M.J. : … draguer ?
R & N : Ah, pour ça! Il faut demander à Loïc…

M.J. : …  boire un verre entre potes ?
N : On a envie de dire sur la fontaine de la pref’, mais ça va faire clochard. Alors disons… chez Rafa.

M.J. : … trouver l’inspiration ?
R & N : On trouve souvent l’inspiration individuellement, on bosse chacun pendant notre temps libre, on s’enferme, passe des weekends à faire de la musique, chez l’un, chez l’autre, dans son lit etc…

M.J. : Vous dites vouloir « dédramatiser » le côté « junkie » de la techno… D’après vous pourquoi a t elle cette image ?
R & N : Les images et les « on-dit » sont toujours tirés de faits réels malheureusement… Mais il faut voir la double facette de la techno.
En effet, qui dit musique à boucles, dit boucles hypnotiques, dit « voyage sensoriel » (accru chez certain par une consommation de dragibus). Mais il faut arrêter de pointer du doigt la techno comme étant une musique de drogués… Je pense qu’autant de personnes consomment des dragibus devant de la Nu Disco que devant de la Techno… Et puis merde, on est là pour faire la fête, chacun fait la fête comme il l’entend, je n’ai encore jamais vu qui que ce soit ramper sur la piste.

M.J. : Le terme de « techno » justement, ne sonne-t-il pas un peu obsolète… ? N’est elle pas un peu en perte de vitesse ?
R & N : C’est vrai, le terme « techno » sonne obsolète pour de nombreuses personnes et ce mot est très souvent perçu comme ringard dans l’inconscient collectif (techno boumboum / tuning / filles en string). Mais pour nous, c’est juste un terme général, lorsqu’on parle de techno, on enveloppe toutes ses sous cultures (Abstract-Techno / Minimal-Techno / Experimental-Techno etc…) Et c’est bien entendu dans ses sous cultures que la techno devient intéressante.
On ne ressent aucun plaisir a l’écoute d’une techno platonique à coups de « boum boum » et de gros vieux hit hat. On retrouve chez de nombreux artistes de la scène techno une finesse et une maîtrise des machines si pointue qu’il est impossible pour nous de ne pas
tendre l’oreille et d’en apprécier le travail.

Ce samedi : Métaphore invite Lenny Posso (Thema / Radio/ NYC)
au Trolleybus – 24 Quai de Rive-Neuve – 13007 MARSEILLE
L’évènement Facebook ici

Metaphore

Laisser un commentaire