Un Comptoir raconte l’histoire de son Hiver

1
5 716 vues
views

L’hiver s’est enfin décidé à pointer le bout de son nez froid dans le sud. Il est enfin temps de se couvrir. Pour le coup, John Noa pour Madmoiselle Julie a choisi de se rendre chez une marque que tout le monde connait et qui connait bien les femmes : Comptoir des Cotonniers. L’enseigne réussit à répondre aux caprices vestimentaires de la plupart des femmes et des jeunes femmes à travers le monde. Pour cette saison Hiver 2011, la marque nous raconte trois histoires…

En entrant dans la boutique fraîchement implantée au 29 rue Grignan à Marseille, nous découvrons une ambiance cosy très agréable, mais surtout une collection hiver preppy folk et féminine.

Le Campus: les codes du « preppy » sont revisités et bousculés pour un look à la nonchalance décontractée. Le caban d’étudiante est en peau lainée ou encore le légendaire duffle-coat en grosse maille tricotée.

Le New Folk: vive les imprimés bohèmes ! Une canadienne aux détails trench, une néo cape en maille torsadée et mariage des tuniques brodées à la grosse maille. On signe pour le retour du « bourgeoise folk »… Enfin !

L’English Road: retour dans l’Irlande de Sherlock Holmes. Les fameux trenchs de Comptoir prennent tout leur sens et on veut le paletot trapèze au double boutonnage. On craque pour le col façon mouton et les brandebourgs corne de la canadienne revisitée.

Les couleurs sont adoucies, les contraintes refusées, on échappe aux normes, on mise sur l’échange. L’histoire de l’hiver 2011/12 est positivement libertaire chez Comptoir des Cotonniers…

Comptoir des Cotonniers
29, rue Grignan
13006 Marseille
04 91 33 34 72

Article réalisé par John Noa.


1 COMMENT

  1. J’ai beaucoup aimé cette marque pendant un temps, mais je trouve de plus en plus que l’enseigne revisite constamment les mêmes design de l’été à l’hiver… C’est un peu dommage de limiter la création aux modèles déjà expérimentés !!!
    Ceci dit, j’ai toujours quelques pièces de cette enseigne dans le placard… pour rester classique en certaines circonstances…

Laisser un commentaire